N°14 - Mai / Juillet 2014

Africa 24 Magazine

Misons sur 500 millions de PME

Toutes les entreprises ont commencé par un rêve : celui du fondateur ou de la fondatrice. Toutes les entreprises ont connu cette mutation fiévreuse, où le rêve individuel se transforme en réalité collective, impliquant plusieurs dizaines de personnes, pour devenir des PME. Diverses et florissantes. Dans tous les secteurs.

Véritable maillage social, la PME est le principal pouls de la vitalité d'une région, d'un pays. Symbole de sa puissance économique et de la réalité de ses pratiques politiques, l'essor des PME sur le continent souffre encore d'une chape d'incompréhensions entre les initiateurs et l'ensemble des services publics. La peur d'une fiscalité injuste freine la capacité créative et la gestion modèle. Le manque d'une véritable politique volontariste bride de vrais potentiels.

Pourtant, si le handicap d'une volonté politique des pouvoirs publics peut sembler surmontable, le plafond de verre prend des allures de mission impossible devant la barrière bancaire. De la banque centrale à la banque privée, de la banque de développement à dimension panafricaine, comme la BAD, à la banque institutionnelle, la PME est d'abord perçue comme une source prioritaire de profitabilité pour les institutions, mais jamais comme un tremplin de développement économique. On veut bien vos dépôts sans garantie, mais pour les emprunts, vous devez offrir toutes les garanties imaginables. L'imagination des banquiers est sans limites. En moyenne, les taux d'intérêt sur le continent oscillent entre 8% et 15%. Les plus hauts de la planète.

Comment comprendre alors que l'Afrique est le continent à la surliquidité bancaire la plus importante au monde ? Comment accepter que plus de 50% de nos économies, de nos fonds publics dorment dans des banques hors du continent ? Comment accepter que nos Etats payent un service de la dette extérieure et intérieure plus cher que le ratio des intérêts de nos avoirs ? Quel économiste a pu inventer un système aussi destructeur de valeur et d'espoir ?

Il y a 65 millions de PME sur le continent mais il en faut 500 millions, viables, pour faire de l'Afrique la première puissance démographique mondiale à l'horizon 2050, la première puissance économique de la planète.

La révolution PME est le plus grand défi dans lequel doit s'investir chaque Africain. Du détenteur de la puissance publique au créateur de la valeur économique. Ce défi est le vôtre. Il est le nôtre.